Ce site est un service privé payant d'information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers
Service de renseignements téléphoniques permettant la recherche des coordonnées des abonnés professionnels ayant accepté ou ne s'étant pas opposé à la publication de leurs coordonnées
...

Des questions sur les réformes des retraites en 2024 ?
Nos conseillers répondent à votre question
Service proposé par mon-administration.com

Les Réformes des Retraites en 2024 : Ce qu’il faut savoir

Après une longue période de débats entre l’exécutif, les partis d’opposition et les syndicats, les réformes des retraites sont finalement entrées en vigueur depuis septembre 2023. Durée de cotisation, pension minimum, âge de départ à la retraite, régimes spéciaux, etc. Cet article met en lumière les points clefs et sur tout ce qu’il faut savoir sur les réformes des retraites en 2024.

L’âge de départ à la retraite

En 2024, le gouvernement a durci les conditions d’accès aux aides sociales. Mais les réformes des retraites ont fait le bonheur de nombreux travailleurs. Depuis le 1er septembre 2023, l’âge légal de départ à la retraite passe donc de 62 à 64 ans, selon l’année de naissance. D’après ces nouvelles réformes des retraites 2024, il passe donc de 62 ans et trois mois pour les personnes nées à partir du 1er septembre 1961, et 63 ans pour celles qui sont nées en 1964. Pour ceux qui sont nés en 1968, il est porté à 64 ans.

Pour les personnes invalides, l’âge de départ à la retraite à taux plein est fixé à 62 ans. Quant aux travailleurs souffrant de handicap, il est à 55 ans.

Une idée sur la durée de cotisation

D’ici à 2027, la durée de cotisation requise pour bénéficier d’une pension « à taux plein » passera de 42 ans (soit 168 trimestres) à 43 ans (172 trimestres). Pour les travailleurs qui n’ont pas tous les trimestres requis, l’annulation de la décote est maintenue à 67 ans.

Pension de retraite : les mères de famille bénéficient d’une majoration

Grâce à ces réformes des retraites 2024, certains parents bénéficient d’une certaine majoration. Cette augmentation touche les mères et les pères de famille qui :

  • Les mères de famille bénéficient désormais d’une majoration de 1,25 % sur leur pension de retraite de base, et ce, par trimestre supplémentaire travaillé entre 63 et 64 ans. Cette hausse s’élève à 2,5 % pour deux trimestres, et jusqu’à 5 % pour une année entière.
  • Ces nouvelles réformes des retraites sont censées amortir le choc du report de l’âge légal. En effet, ce dernier risque de faire perdre à nombreuses mères de famille une grande partie du bénéfice des trimestres acquis au titre de la maternité.

Il convient de souligner que l’augmentation de pension pour enfant est étendue aux professionnels libéraux et aux avocats. Tout ceci est en marche avec l’engagement du gouvernement à améliorer les services publics et à simplifier les démarches administratives.

Une revalorisation indexée sur le SMIC

Depuis le 1er septembre 2024, la retraite ne peut pas être inférieure au montant plancher pour une carrière complète. Ainsi, ce montant est ajusté à 848 euros bruts pour ceux qui ont accompli une carrière complète.

Malheureusement, cette hausse n’est pas indexée sur l’inflation, mais sur le SMIC. Cette décision a été prise pour garantir 85 % du SMIC à la retraite pour un travailleur payé au SMIC pour une carrière complète. Elle également calculée au prorata pour chaque assuré, soit 100 euros mensuels pour les carrières complètes, et moins pour les autres. À en croire un communiqué du ministre, cette revalorisation concerne 200 000 retraités chaque année. Ce nombre équivaut à un départ sur quatre.

Les conditions d’accès à la retraite progressive ont été assouplies

La réforme des retraites 2024 est aussi marquée par l’assouplissement des conditions d’accès la retraite progressive. Ce nouveau dispositif permet aux travailleurs proches de partir à la retraite de restreindre leur activité professionnelle à temps partiel. Ce mécanisme permet aux travailleurs de toucher en même temps, tous les mois, une partie de leur pension.

D’après les estimations, ce dispositif est adopté par 500 000 personnes. Grâce à ces réformes retraites 2024, il est devenu plus facile aux salariés de demander cet avantage. En effet, l’entreprise était toujours obligée de justifier son choix, si elle n’est pas d’accord sur le fait que son salarié décide de cumuler retraite et emploi.

À titre de rappel, ce mécanisme a toujours été réservé aux travailleurs du secteur privé. De nos jours, il est devenu accessible à tous les salariés, y compris les fonctionnaires. Ceux qui sont inscrits à France Emploi doivent signaler l’agence quand il part à la retraite. Pour ce faire, il suffit de se connecter sur son compte personnel ou d’appeler directement au 3949.

Ceux qui ont travaillé tôt bénéficient d’un départ anticipé

Avant l’arrivée de ce nouveau dispositif sur les retraites, une entrée dans la vie active avant 20 ans a droit à un départ anticipé de deux ans. Les travailleurs qui ont connu un début de carrière avant 16 ans bénéficient d’une retraite anticipée de quatre ans.

Ces nouvelles réformes des retraites proposent désormais deux nouvelles bornes d’âges :

  • Ceux qui sont entrés dans la vie active avant 20 ans ont le droit de partir 2 ans plus tôt, soit à 62 ans
  • Ceux qui ont démarré entre 20 et 21 ans peuvent partir 1 an plus tôt, soit à 63 ans
  • Ceux qui sont entrés dans le monde du travail avant 18 ans peuvent faire valoir leur droit à la retraite 4 ans plus tôt, soit à 60 ans.
  • Ceux qui ont commencé avant 16 ans peuvent partir 6 ans plus tôt, soit à 58 ans.

À noter que, pour toutes les carrières longues, la durée minimale de cotisation est fixée à 43 ans.

La plupart des régimes spéciaux sont fermés

Depuis l’application de ces réformes des retraites, les nouvelles recrues de la RATP et de l’entreprise de l’industrie électrique et gazière sont affiliées au régime général. Les nouveaux embauchés de la Banque de France, du Conseil économique social et environnemental, ainsi que les clercs employés de notaire intègrent également le régime général.

Ce nouveau dispositif a également amené à la fermeture de la majeure partie des régimes spéciaux, tout en respectant ladite « clause du grand-père ». Malgré l’application de ces nouveaux dispositifs, les personnes déjà affiliées aux régimes spéciaux bénéficient toujours de ce statut. Cependant, ils voient leur âge de départ en retraite retarder de 2 ans.

Achetez des trimestres à prix réduit

Il est dorénavant possible de racheter des trimestres au titre d’un stage rémunéré en entreprise. Cela est autorisé jusqu’au 31 décembre de l’année des 30 ans de l’employeur. Ce dernier bénéficie même d’une réduction de prix. Pour le cas d’un rachat de trimestres au titre des études supérieures, il peut s’effectuer jusqu’au 31 décembre de l’année des 40 ans du travailleur.

Pour votre information, le rachat de trimestre permet à un assuré de cotiser volontairement pour que les périodes au cours desquelles il n’a pas participé soient comptabilisées par l’assurance retraite.

Laisser un commentaire